Animé par

Vanessa Pilon

Photo Roosa-Karoliina Maunula
Photo Vanessa Pilon
Styliste

Roosa-Karoliina Maunula

Tous les articles
Switch Tes fripes

Ma mère me disait toujours qu’il n’y a rien de plus beau qu’une main manucurée. Bon. Je vous confierai qu’il y a AUSSI moyen de s’émouvoir pour un coucher de soleil, une robe Dior et une salade de pâtes réussie. Le bonheur et la grâce se cachent souvent dans les petits détails. La formidable vague du nail art en est un bon exemple. D’abord sceptique, je me suis rapidement trouvée ren-ver-sée par tout ce qui pouvait entrer sur la surface d’un ongle. Un paysage newyorkais. Un bol de fruits. LES BEATLES.

Le bonheur sur un petit ongle n’a de limites que l’imagination de l’artiste. Vous êtes-vous déjà aventurée à vous dessiner un petit ananas sur l’auriculaire? Bonne chance. La simple perspective de me dessiner un petit picot rose sur mes ongles rouges, un petit picot qui ressemble aux petits picots sur tous mes autres doigts, trouble mes nuits. J’en suis incapable. Le fiasco me guette, chaque fois. UN PETIT PICOT, JE VOUS DIS. C’est peut-être pour cette vague raison que j’ai développé un petit cynisme à l’égard des ongles festifs d’autrui. Comment faites-vous?

Et OÙ trouvez-vous tout ce temps pour faire de votre pouce la prochaine Chapelle Sixtine? Vous êtes magnifiques. Fantastiques. Je vous hais. Le seul moment où je ne vous envie pas la fresque, c’est quand ça commence à ressembler à PAS DES ONGLES. Les petits bijoux collés par dizaines. Les anneaux au bout de l’index. Les petits boucles-bébelles en plastique. Les bubble nails. Avez-vous vu ça, les bubble nails? Doux Jésus. On dirait des petits ballons au bout des phalanges; comme la petite Amélie Poulin qui se met des framboises au bout de ses doigts, mais sans framboises.

Vous arrivez à attacher vos running shoes, avec pareilles parures?

lire la suite

Cette semaine
à l'émission

Les invitées de


la semaine