Animé par

Vanessa Pilon

Photo Roosa-Karoliina Maunula
Photo Vanessa Pilon
Styliste

Roosa-Karoliina Maunula

Tous les articles
Switch Tes fripes

Cachez ce pompon que je ne saurais voir

Il est de ces accessoires qui nous emballent. Dès qu’ils font leur apparition sur les tablettes ou dans les damnées petites pubs qui nous traquent sans relâche sur Facebook (LAISSEZ-MOI TRANQUILLE, PETITS MANTEAUX CANINS), ils nous les faut. Il nous les faut! Ce qui est chouette avec un accessoire, c’est qu’il peut transformer un simple t-shirt ou un vieux manteau en formidable poème d’innovation.

Copine fictive: « C’est ben beau, ce que tu portes! T’as pris ça où, ce coton ouaté-là? »

Vous (tout aussi fictive): « C’est mon vieux chandail de peinture. Mais j’y ai mis une petite épinglette funky, d’où l’ensorcelante impression de nouveauté. »

Copine fictive,  furieusement emballée: « Ça parle au yâbe! »

Une scène de ravissement qu’on se plaît à revivre. Il est cependant de ces accessoires mode pour lesquels j’ai du mal à saisir la frénésie. Les mini-tuques de dessus d’oreilles. Les anneaux pour les ongles (vous savez, DANS L’ONGLE). Et le fameux petit pompon de fourrure que tous accrochent frénétiquement après leur petite bourse.

Vous voyez de quoi je parle? La boule de fourrure de lapin ou de ce petit chinchilla (imaginez un chinchilla coiffé d’un très petit chapeau) qui n’a pas vu venir sa dernière heure, souvent de couleur pastel, que les plus emballées des fashionistas accrochent à leurs sacs, leurs chaussures et LEUR VIE. Rose fard. Lilas discret. Turquoise Tahiti. Ils sont partout.

lire la suite

Cette semaine
à l'émission

Les invitées de


la semaine

Concours Simons
Les grands anneaux classiques Les grands anneaux classiques 9.00$
Sondage Simons
De la semaine

Les grands anneaux, yay ou nay?

Présenté par